Route des Bois…

La route enlace les champs, caresse les fermes, il faut rouler doux et anticiper les possibles irruptions de chats ou de chiens, à la nuit tombante, celles des chevreuils sortis de la quiétude des bois. Seuls les phares de rares automobiles fendent un instant l’obscurité dont ils s’enveloppent prudemment. Au fil[…]

Lire la suite →

Une éclaircie…

Qu’espérer encore de douceur quand si fort les douleurs ont tabassé un cœur ?… Sans jamais d’exigences si ce n’est celles des âmes claires, nourrir l’espoir d’un ciel plus clément pour abriter ses rêves ?… De toutes ses forces souffler sur les nuages gris pour enfin profiter d’une éclaircie… Sachant[…]

Lire la suite →

Deux tours de clefs…

L’appartement est vide. Et tellement émouvant dans ce dépouillement inhabituel… J’arpente chaque pièce en les remeublant virtuellement telles que nos parents les avaient aimées. Mais ce vide là est bien plus profond que la simple disparition d’armoires, de tableaux, de fauteuils ou de tables… C’est un vide définitif, un vide[…]

Lire la suite →

Tes mains…

Belles. Viriles. Halées. Aux paumes carrées, prolongées de longs doigts aux ongles coupés droit. Des mains d’homme, avec à l’intérieur cette force rassurante, et toute la tendresse du monde dessinée tout autour. Tes mains, et les miennes, qui se joignaient et s’accompagnaient, nos mains qui se quittaient peu, l’une à[…]

Lire la suite →

Demain, Pierre se marie…

La lettre à Elise, que Maman jouait sur son piano, embaume la maison d’un parfum d’antan où gamine je ne m’imaginais pas que bien longtemps plus tard, cette musique inonderait tout à la fois mon cœur et mes yeux… Maman, Papa, inscrits déjà dans une époque qui s’éloigne doucement de[…]

Lire la suite →