Catégorie : Essais – Descriptions – Analyses

Je n’aimerais pas être une groseille…

Elles m’avaient attendu timides et rougissantes sous la chaleur de ce début de juin, pulpeuses rondeurs vernies par la rosée du matin, le buisson tout alourdi laissant ses branches s’effondrer sur le sol du potager. Le groseillier tout enorgueilli de… Lire la suite Je n’aimerais pas être une groseille…

« Présence »…

Les années ont beau passer, l’âme se résoudre à cheminer lourde de ce chagrin inépuisable, la mort est quelque chose de tellement inimaginable, plus qu’une absence insondable, c’est un fait inconcevable, une énigme sans réponse qui nous laisse chancelants, interdits,… Lire la suite « Présence »…

Matin mollasson…

C’est un matin sans conséquence, un matin de rien, de ces heures sans grâce qui s’égrènent parce qu’il le faut bien, c’est un matin paresseux, sans envergure ni quelque ambition susceptible de lui donner des couleurs. Ce matin là ne… Lire la suite Matin mollasson…

A quoi ça tient ?…

A une feuille printanière qui se détache prématurément de sa branche et se pose en virevoltant sur l’herbe encore fraiche de rosée, à la brume humide qui ce matin teinte la verdure d’un brin de nostalgie, hier encore le soleil… Lire la suite A quoi ça tient ?…

Je dis ça…

La promesse matinale d’une journée ensoleillée me donne de l’énergie à n’en plus savoir qu’en faire, le jardin me réclame tandis que la fraicheur d’une nuit encore scintillante de gel me retient bien au chaud. La nature m’est une source… Lire la suite Je dis ça…

Destin et synchronicité…

Je l’ai aperçu au bout du chemin, là-bas tout au loin, il émergeait d’une brume, c’est lui qui, je crois, m’a vue le premier, moi, je ne l’ai pas tout de suite reconnu… Un Avenir approchait lentement, comme pour ne… Lire la suite Destin et synchronicité…

Dimanche Pascal…

Certaines musiques vont comme une paire de gants à nos mélancolies matinales, dans le ciel immensément bleu de ce jour pascal, la brise légère fait danser les branches des sapins sur celles des Concertos 1 et 2 de Chopin, un… Lire la suite Dimanche Pascal…

Obscène…

Ce soir là, comme depuis plus d’un mois hélas, mon téléviseur déversait les informations du jour tel un pot-pourri de nouvelles toutes plus effroyables les unes que les autres. Je m’apprêtais à diner d’un simple plat de pâtes, confortablement installée… Lire la suite Obscène…

????????????…

Plus je vieillis, plus l’inexplicable prend chaque jour davantage de place. De l’ordre de l’intime, les mots peuvent manquer pour définir ce qui ne se nomme pas mais plutôt se ressent. A tenter en vain de le partager, je m’épuise,… Lire la suite ????????????…

Pieds d’argile ?…

Qu’ils me ravissent ces matins de Mars que la gelée laisse diaphanes jusqu’à ce que le soleil s’évertue à recolorer de vert l’herbe que la nuit a blanchi. La fraicheur matinale recèle les prémices d’une douceur à venir, dans la… Lire la suite Pieds d’argile ?…

Les pages…

L’automne se faufile discrètement entre deux nuages qui, mine de rien ont légèrement voilé la lumière, les rayons du soleil ont déposé leurs paillettes sur les feuilles roussies, l’herbe une dernière fois use ce qui lui reste d’énergie pour narguer… Lire la suite Les pages…

Dans de beaux draps…

Quel bonheur que de se glisser dans un lit fraîchement refait ! Je ne vous parle pas d’un lit « baptisé », dont on a rapidement tapoté les oreillers, tiré les draps, pour lui donner un air de respectabilité. Non, je vous… Lire la suite Dans de beaux draps…

Beauté insulaire…

Lointaine et si proche, qu’il serait vain de tenter d’apprivoiser tant elle se sait désirée, l’ile se dessine de verdure et de roches sombres dans l’eau bleue qui l’a prise dans ses bras… Sauvage, elle se méfie de ceux qui… Lire la suite Beauté insulaire…

Et puis soudain, plus rien…

Je tenais ta main bien au chaud dans la mienne, pour empêcher le froid de s’y installer à jamais, je croyais que rien ne pouvait t’arriver tant que mon énergie se fondrait dans le peu de force qu’il te restait…… Lire la suite Et puis soudain, plus rien…

Spirale…

Qu’ils sont étonnants ces lourds nuages gris, qui bien que nuées semblent peser des tonnes ! Comment peuvent-ils être si sombres alors que s’en échappent des milliers de flocons immaculés qui recouvrent peu à peu la campagne et ses toits… Lire la suite Spirale…