Catégorie : Portraits

Trop, beaucoup trop ?…

C’est quelqu’un de très gentil, prêt à tout pour vous faire plaisir, qui vous trouve autant de qualités qu’en réalité vous n’avez pas toutes, quoi de plus flatteur que de se sentir à ce point admirée, appréciée, voire aimée par… Lire la suite Trop, beaucoup trop ?…

Veulerie…

Quelque soit le piédestal sur lequel vous auriez pu être installé, ou les lauriers qu’on aurait pu vous tresser, Monsieur, (mais vous aussi Madame, quoique cet erreur de la nature soit plus fréquemment masculine, allez savoir pourquoi….) votre lâcheté vous… Lire la suite Veulerie…

« M’enfin »…

La langue française n’est pourtant pas avare de son vocabulaire qu’il faille parfois répéter plusieurs fois la même chose pour être bien entendu… Je ne parle pas ici d’interlocuteurs qu’une surdité maladive rendrait imperméables à toute émission verbale, non, j’évoque… Lire la suite « M’enfin »…

Délice savoyard…

Le « Chabanais savoyard », vous ne connaissez pas ? Cette savoureuse pâtisserie régionale faite d’un biscuit de chenapans à peine doré, d’une crème de voyous vanillée, coiffée d’une meringue panachée parfumée à la Capucine, d’un brin d’Oscar chocolaté et d’une chapelure… Lire la suite Délice savoyard…

Beauté insulaire…

Lointaine et si proche, qu’il serait vain de tenter d’apprivoiser tant elle se sait désirée, l’ile se dessine de verdure et de roches sombres dans l’eau bleue qui l’a prise dans ses bras… Sauvage, elle se méfie de ceux qui… Lire la suite Beauté insulaire…

Capuchon de pluie…

Une petite dame en imperméable avait déplié sur ses cheveux un capuchon en plastique transparent, « ainsi », devait elle penser, « la pluie ne ruinera pas ma mise en plis, j’ai patienté un si long moment toute en bigoudis serrés que j’en… Lire la suite Capuchon de pluie…

Marché, piano, bonheur…

Ce matin, au marché, sur un vieux piano un jeune homme jouait. Du clavier ses doigts agiles chipaient à l’ivoire des notes mutines qui s’en allaient résonner sous le voutes boisées. Les gens, ces ingrats, ne s’en apercevaient pas, tout… Lire la suite Marché, piano, bonheur…

Lapin blanc…

Apporté ici un soir d’été par des amis bien intentionnés, Jeannot Lapin est assis depuis des mois sur un guéridon, je suppose que la place doit être à son goût puisque d’un iota il n’y a rien changé ! Il… Lire la suite Lapin blanc…

Les « autres »…

S’il nous plait d’estimer que le regard « des autres » n’a aucune importance, il arrive cependant qu’il réussisse à nous atteindre à notre plus grand désarroi… « Les autres »… Tout ce qui n’est pas « nous » ! Un magma de gens auxquels nous… Lire la suite Les « autres »…

Rencontre…

On ne peut éternellement éviter de « se » croiser, ne serait-ce qu’un minuscule instant en passant devant un miroir, il faut tôt ou tard ralentir, peut-être s’arrêter et prendre le temps de se regarder, de se « re-connaitre » en s’autorisant une escapade… Lire la suite Rencontre…

Tes mains…

Belles. Viriles. Halées. Aux paumes carrées, prolongées de longs doigts aux ongles coupés droit. Des mains d’homme, avec à l’intérieur cette force rassurante, et toute la tendresse du monde dessinée tout autour. Tes mains, et les miennes, qui se joignaient… Lire la suite Tes mains…

Pensionnaires de faïence…

J’ai surpris au fond d’une brocante poussiéreuse, deux fillettes de faïence dans une immobile espièglerie, posées sur une table en merisier, entre deux piles de lourds draps brodés… Leurs visages angéliques et leurs gestes figés dans une grâce enfantine m’ont… Lire la suite Pensionnaires de faïence…

Cher collègue…

Il n’y a pire compagnie que celle des bureaux, où chacun(e) tire la couverture à lui, tantôt pour exposer combien son travail mérite admiration et… gratifications diverses, voire augmentation… tantôt pour mieux s’y dissimuler, continuer sa nuit ou y camoufler sa… Lire la suite Cher collègue…

Dessine-moi une maison…

Quelque part là-bas une maison vide se languit de nous… Elle n’est plus de première jeunesse et ses murs décrépis font des rêves de maçons. Quelques ampoules grelottent à ses plafonds en espérant de meilleurs abat-jours, recroquevillée derrière ses volets fermés, elle attend… Lire la suite Dessine-moi une maison…

C’est une fille qui attend…

C’est une fille qui attend… Vous ne vous en douteriez pas tant elle est occupée en tous temps. Mais en fait, elle attend en s’agitant. Elle ne s’affaire que pour tuer ce foutu temps qui ne passe jamais assez vite… Lire la suite C’est une fille qui attend…