Étiquette : chagrin

« Sans ELLE »…

IL m’a ouvert sa porte, tout perdu dans ses habits devenus bien trop larges, avec quinze kilos de moins et tout ce chagrin en quelques semaines à peine. Les larmes noient son regard sans couler sur ses joues mal rasées…. Lire la suite « Sans ELLE »…

Apnée…

Il arrive sans prévenir. Parce que le chagrin est égoïste, il aime être l’unique centre de notre intérêt, il se nourrit de ces moments dont la violence lui fournit larmes et désolations, il déteste la tendresse du souvenir qui, un… Lire la suite Apnée…

« Présence »…

Les années ont beau passer, l’âme se résoudre à cheminer lourde de ce chagrin inépuisable, la mort est quelque chose de tellement inimaginable, plus qu’une absence insondable, c’est un fait inconcevable, une énigme sans réponse qui nous laisse chancelants, interdits,… Lire la suite « Présence »…

Rizzly…

« Ce n’était qu’un chien » diront certains… Et que savent-ils des chiens ces gens là ?! Ont-ils un jour croisé le regard de l’un deux ? Ont-ils su y déceler cette part d’humanité que bien des nôtres ne posséderont jamais ?… Lire la suite Rizzly…

Spirale…

Qu’ils sont étonnants ces lourds nuages gris, qui bien que nuées semblent peser des tonnes ! Comment peuvent-ils être si sombres alors que s’en échappent des milliers de flocons immaculés qui recouvrent peu à peu la campagne et ses toits… Lire la suite Spirale…

Deuil ?…

Un grand chagrin tel une sangsue cherche sans fin de quoi se nourrir pour ne jamais s’éteindre… Il ressemble aux hésitations de ce printemps larmoyant, qui n’en finit pas de tergiverser entre éclaircies et pluies… Certains matins lumineux laissent envisager… Lire la suite Deuil ?…

Écrire…

C’est prendre un crayon pour dessiner ses émotions. Celles qui affleurent à la beauté d’un paysage, d’une œuvre, d’un sentiment, celles qui couvrent pudiquement un chagrin, une défaite, ou un regret, mais aussi tous les éclats de rire, les sourires… Lire la suite Écrire…

1096 poussières de lune…

L’aube qui se veut chaque jour un projet, peine quelquefois à le rendre crédible… Le chagrin muselé ressurgit sans crier gare tant il ne supporte pas qu’on fasse même sembler de l’oublier. Il se manifeste d’autant plus violemment qu’on a… Lire la suite 1096 poussières de lune…

Tic-tac, tic-tac…

Les anniversaires sont des jours curieux où l’on est censé se souvenir plus intensément d’un évènement passé. Celui de notre naissance n’a finalement guère d’importance, même si l’on accorde aux dizaines toutes rondes une raison de les fêter plus spécialement…. Lire la suite Tic-tac, tic-tac…

Moi sans Toi…

Ce matin comme les autres se faufile dans mon coeur en appuyant là où ma douleur a trouvé refuge, il la pince si fort qu’il a réussi à briser mes remparts et coulent mes larmes si souvent retenues. Ce nouveau… Lire la suite Moi sans Toi…

Davilia Involucrata (ou mon « arbre à mouchoirs »)…

C’est un arbre qui porte bien son nom, au printemps, ses fleurs ressemblent à de petits mouchoirs blancs posés ça et là sur ses longues branches brunes. Mon amoureux me l’avait offert, nous lui avions trouvé sa place juste en… Lire la suite Davilia Involucrata (ou mon « arbre à mouchoirs »)…

Papa, Maman…

Le chagrin doucement s’est dissout dans ces deux longues dernières années, je peux maintenant me pencher sans pleurer sur vos vies évanouies. Tout s’est disloqué quand j’ai refermé la porte sur votre appartement vidé de tout ce qui vous appartenait… Lire la suite Papa, Maman…

Renaître…

Chéri me pardonneras-tu d’aller mieux ?… Mon Ange curieusement je survis, douloureusement, mais je vis encore… Je n’y comprends rien, voilà que je trouve la vie à nouveau belle… Comprendras-tu cet élan qui me porte à respirer les bribes de… Lire la suite Renaître…

L’Éternité du cœur…

Que la vie me fut douce avec toi qui me laisse là, seule et désemparée, ne sachant que faire de moi, toi qui sus d’un regard bienveillant me libérer de ma chrysalide, et m’éveiller au bonheur d’être deux de la… Lire la suite L’Éternité du cœur…

Mon chemin n’est autre que celui là…

Je suis mon chemin de sable et de pierres, titubante parfois, dévastée toujours, et cependant encore debout, je ne sais pourquoi, je ne sais comment. Les absences s’accumulant me laissent orpheline de mes vies d’avant. Démunie, quelle force suffirait à… Lire la suite Mon chemin n’est autre que celui là…