Étiquette : mémoire

Matin de rien du tout…

Connaissez-vous ces matins paresseux où l’aiguille pointe midi avec un « tic tac » plein de reproches ? Ces heures lentes qui s’égrènent et qu’on regarde passer sans envisager quelque activité. Quelle aubaine que ces matinées balbutiantes qui peinent à s’occuper et… Lire la suite Matin de rien du tout…

Zone de confort…

Les années sèment derrière elles ceux qui ont avant nous succombé. Plus nous vieillissons, plus nous assistons impuissants aux départs de ceux qui furent longtemps un cadre familial ou sociétal. Progressivement nous sommes devenus à notre insu celui de nos… Lire la suite Zone de confort…

Communs…

Que deviennent les bureaux désertés, les salles d’attentes quand la nuit est tombée ? Vides des présences qui leur prêtent un soupçon de vie, les murs gardent-ils dans leurs angles ces couleurs de vieux thé trop infusé ? A quoi… Lire la suite Communs…

Carillons, lapins et chocolats…

Y’ comme un voile sur les jours de liesse, tel un lin élégamment froissé par les années… Mes yeux se posent ici mais c’est bien plus loin qu’ils regardent là où une ribambelle de gamins galopent dans mes jardins d’Hier… Lire la suite Carillons, lapins et chocolats…

Clair-obscur…

Elle n’avait pas vraiment tout oublié, mais juste transformé le peu dont elle se souvenait. Nous la cherchions des heures à travers la ville où nous la croyions perdue, elle allait en fait, dans une autre, celle de sa mémoire… Lire la suite Clair-obscur…

Par un petit matin clair…

Par un petit matin clair s’en sont allés promener de l’autre côté du pays un papa et une maman en quête de musique et de bonheur en amoureux. Une mamie, prête à tous « les sacrifices » était arrivée la veille tout… Lire la suite Par un petit matin clair…

Elle est là…

A faire la maligne à chaque coin de rue, à caqueter sur un canapé ou à faire son intéressante derrière un bureau, tapie dans une cour de récréation, à gueuletonner au restaurant, à conduire comme une folle sur l’autoroute ou… Lire la suite Elle est là…

Un dernier soupir…

La mort a emporté ton âme et laissé sur le lit une écorce vide, pourquoi vouloir encore retrouver dans cette immobilité blafarde, qui te ressemblait si peu, quoique ce soit de toi qui nous rappelle ce que tu étais il… Lire la suite Un dernier soupir…

L’inaccessible légèreté « d’avant »…

J’ai soudain l’acte sous les yeux, que le temps a déjà terni de son empreinte grise, où un employé zélé à écrit que tu étais bien mort, ce 29 Août 2005. J’ai beau le savoir depuis bientôt dix ans, j’ai toujours… Lire la suite L’inaccessible légèreté « d’avant »…

Marraine…

S’endormir enfin, oublier son chagrin jusqu’au petit matin… Impossible sommeil quand, tapi au creux de mon cœur une tristesse insomniaque taraude ma nuit… A peine éveillée d’un assoupissement éphémère, convertir l’oubli provisoire en prise de conscience brutale et impitoyable, « tu… Lire la suite Marraine…

Mémoire éffilochée…

Tu t’évapores… Non, toi, tu ne peux pas mourir, je ne peux m’y préparer… Les années sur toi longtemps n’ont pas trouvé prise, elles ont du se résoudre à te laisser belle et gaie, de rage elles ont dévalisé ta… Lire la suite Mémoire éffilochée…

Une mémoire effilochée…

Ton visage s’illumine quand tu m’aperçois au bout du couloir. Tu t’étonnes toujours de me voir ici, comme si j’avais dû traverser la France entière pour arriver jusqu’à toi… Sans doute l’empreinte d’un passé où je n’habitais pas si près, quand… Lire la suite Une mémoire effilochée…

Culpabilité…

Vous l’avez fait… A force de vous l’entendre annoncer, à force d’arriver à temps pour vous empêcher de le faire ou d’user notre vocabulaire à vous persuader de ne pas en arriver à cette extrémité, nous avions curieusement oublié que… Lire la suite Culpabilité…

Prendre soin…

Prendre soin… De l’hiver qui s’étire et pose un bonnet de laine sur les premiers jours de Mars… D’une éclaircie qui parfois déchire les nuages et nous improvise un printemps de fortune dont la douceur rassure nos espoirs… De cet… Lire la suite Prendre soin…

Médiocrité…

Ou comment certains se réapproprient l’histoire afin d’éviter d’avoir trop d’état d’âme… L’originale n’étant pas très flatteuse à leur égard, il leur apparaît sans doute plus simple de l’écrire d’une autre manière, d’y ajouter ça et là quelques touches personnelles… Lire la suite Médiocrité…