Les « autres »…

S’il nous plait d’estimer que le regard « des autres » n’a aucune importance, il arrive cependant qu’il réussisse à nous atteindre à notre plus grand désarroi…

« Les autres »… Tout ce qui n’est pas « nous » ! Un magma de gens auxquels nous n’attachons rien de particulier, inconnus ou familiers, qui gravitent autour de nous, qu’on le veuille ou non.

« Les autres » ont souvent la particularité de mieux connaitre notre vie que nous-mêmes, et se sentent très impliqués dans la manière que nous avons de la mener… Tandis que nos proches et nos amis respectent notre libre arbitre et ne s’autorisent que rarement à nous prêter conseil même quand on a longuement insisté pour l’entendre, « les autres » s’immiscent aisément et de préférence dans ce qui ne les concerne pas ! C’est en partie à cela qu’on les reconnait.

« Les autres » ont toujours quelque chose à dire, ils ne maitrisent rien des sujets qu’ils prétendent connaitre mieux que nous, ce qui semblerait les conforter dans l’idée qu’ils sont à même de répondre aux questions que nous ne leur avons pas posé !

Contredire « les autres » est vain. « Les autres » n’écoutent jamais ce que nous aurions à leur rétorquer. Ils s’écoutent eux-mêmes avec attention et se mettent volontiers en scène, redresseurs de torts, moralisateurs, dictateurs, médecins, devins ou chapardeurs de bonheur, « les autres » sont des cumulards de rôles ! « Les autres ont une capacité déroutante à vous prédire le pire, quoique vous fassiez vous ne pouvez qu’être dans l’erreur puisque vous vous entêtez à ne faire confiance qu’à vous-même ! Prêcher le faux pour découvrir le vrai est un de leurs loisirs préférés, car « les autres » sont fouineurs, pour ne pas dire « fouille-au-pot »…

Une vie maintenant suffisamment étoffée me permet de repérer de très loin ces inquisiteurs. « Les autres » sont tellement persuadés de leur supériorité sur le commun des mortels, et de leur absolue indispensabilité qu’ils en oublient de se méfier de « leurs autres à eux »… Opportunistes, n’y trouvant que pitance à juger ou à manipuler, « les autres » ne décèlent que rarement le potentiel de résistance de « l’autre » sur lequel ils ont jeté leur dévolu… « Les autres » sont donc, facilement « entravés ». Et si, pour une fois je suis « cet autre » pour vous qui me lisez, retenez que rien n’humilie davantage « les autres » qu’un immense éclat de rire qui aussitôt leur tourne le dos ! « Les autres » ne supportent pas qu’on leur file entre les doigts puisqu’ils veulent contrôler chez vous ce qu’ils ne dominent pas chez eux…

Car : « Ce qui nuit gravement au bien-être « des autres », c’est la liberté que vous affichez »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *