Capucine en Juin…

Quel bonheur à chaque fois que la naissance de mes petits-enfants ! Je ne me lasse pas de cette attente faite de fébrilité et d’enchantement, de ces moments où à travers eux je me souviens de ce ravissement qui fut mien il y a longtemps, et de cette chance qui m’est offerte de voir mes enfants ainsi comblés au fil des années…

Une petite-fille toute neuve s’annonce aujourd’hui, qui viendra confirmer mon statut de mamie une troisième fois après son grand frère Oscar et sa cousine Alice…

Depuis des heures je les accompagne en pensées, la joie au bord du cœur, boudant presque ce bonheur en devenir de peur de le voir s’évanouir… J’attends… Et mon ventre se souvient encore…

L’oreille suspendue à la possible sonnerie d’un téléphone devenu sourd et muet, le regard scotché à son écran obstinément éteint…

Au fil des heures quelques nouvelles viennent ponctuer cette longue attente, l’heureux évènement n’est encore qu’un long moment de douleurs… Une inquiétude sourde s’immisce entre ce bonheur attendu des mois durant et ces heures qui s’allongent plus que de raison… Je passe de l’anxiété au soulagement d’une minute à l’autre… Il va me falloir encore quelques temps contenir mes incertitudes et mon impatience, éviter de légitimes craintes qui s’imposent parfois à tort, mais qui, parce qu’il s’agit des nôtres, dévorent jusqu’à nos dernières énergies…

Et soudain…

Quelques notes aigrelettes qui me tiennent en apesanteur, vite décrocher pour faire cesser l’attente… La relativité du temps se démontre à ces moments flottants entre émotion et espérance  : une seconde vaut à l’instant une éternité… Mon cœur bat la chamade, mon cœur est à l’envers !…

Capucine… Elle s’appelle Capucine… Tout va très bien pour Maman et Bébé…

A chaque fois qu’en ces mots simples et ordinaires ces choses là sont dites… Et pourtant chacun d’eux nous allège et nous libère de ces heures d’expectative à ne savoir quoi faire de soi et de nos effervescences… Un petit minois éclaire enfin ces longs mois où l’imagination avait tous les droits… Capucine… Trois kilos et des poussières de ravissements et de douceur… Capucine enfin te voilà…

Au bout du fil, la voix de mon fils rayonne de fierté et de bonheur… Rien que pour entendre cette « mélodie du bonheur », rien que pour cette musique là, que ne donnerions pas nous autres parents ?… A votre tour maintenant mes enfants de vous damner pour le bonheur de vos petits… Rien ne vous paraitra désormais inaccessible quand il s’agira d’eux !

Si loin de moi voilà qu’a éclos ce tantôt un nouveau bouton de rose, il me faudra encore un peu de patience pour en respirer le parfum, la distance n’y fera rien, ma petite fille l’apprendra, tout là-bas sous les grands sapins d’un petit jardin, moi,  je l’attends encore… Quand, dans quelques semaines enfin je pourrai la prendre dans mes bras, je trouverai d’autres mots rien que pour elle,  j’en inventerai d’autres s’il le fallait, pour lui dire combien c’est grand un cœur de grand-maman pour aimer autant chacun de ses petits-enfants…

Lundi 03 Juin 2013… A Capucine…  A Pierre et Chloé ses merveilleux parents, et à Oscar son « GRAND FRÈRE »…

 

 

Author: Mo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.