Au petit bonheur mes mots…

Si vous me reprochiez de ne parler de rien de très important, d’enfoncer bien des portes ouvertes avec mes effarements à quatre sous et mes émotions de pré pubère…

Si vous me disiez que j’écris à tort et à travers, pour à la fin, ne pas dire autre chose que ce que d’autres avant moi auront su écrire de plus belle manière…

Si vous m’accusiez d’user les mots à force de les détourner pour tenter d’en faire de bons, de les malmener, tant je les tire à hue et à dia pour finir par leur faire dire n’importe quoi !

Si vous m’assuriez qu’il est vain d’écrire pour des lecteurs encore dans de douteuses limbes, et que ne sont d’ailleurs pas forcément nés ceux qui, d’un œil distrait, survoleraient mes lignes peu distinguées…  Qu’enfin je ne devrais pas ainsi me vautrer dans ce qui, déjà si difficile à dire, ne s’allonge pas si aisément sur le papier…

Si vous m’asséniez que mon écriture est inversement proportionnelle à l’orgueil qui, à lui tout seul, rempli mes encriers, que Monsieur Jourdain lui-même pourrait se gausser de ma naïve fatuité à tenter de faire quelque docte philosophie de ma prose bien ordinaire…

Si vous m’assommiez de tous ces reproches pour mettre fin à cette morne logorrhée…

Et bien tout cela me serait bien égal !!!

Car qui ne connait cette jouissance qu’on éprouve à traduire par les mots ce que l’âme a de plus intime ne peut comprendre à quel point l’écriture est d’abord et avant tout un pur et égoïste bonheur, qu’on finit quand même par partager, mais aussi un moyen, parfois un remède, un exutoire, en tous cas une liberté à la quelle on ne peut plus jamais renoncer !

Je ne sais quel adjectif qualifierait le pire ou le meilleur de ma plume…

Mais je m’applique, car j’aime tant les mots que pour eux j’espère le meilleur.

Oui, j’en use de mille et une façons, pour qu’ils libèrent autant de significations que leur histoire rend possibles, et qu’elles saupoudrent d’infimes nuances ceux que j’aligne consciencieusement. Je les détourne parfois, je les casse en petits morceaux pour en inventer de plus rigolos qui sauront mieux vous attendrir, j’en dépoussière quelques uns pour vous redonner l’envie d’en user encore aujourd’hui, car après tout, personne jusqu’ici n’en a trouvé de meilleurs ou de plus explicites…

Je les tortille timides, je les lance audacieux, le les tais trop violents ou je les lâche trop encombrants… J’en écris de doux, d’autres sont plus entreprenants, je les offre à qui les veux, mais je fais bien attention à n’en prêter à personne dont je ne serais pas absolument sure…

Je les mélange, j’en fais de colorés métissages qui en un tour de crayon vous dessine un joli paysage, j’en ai quelquefois dégoté de très sombres qui ont eut l’heur de sonner le glas ou de noircir des pages en peau de chagrin… Je les arrête d’un coup de buvard quand ils passent la mesure, je les gomme quand ils sont trop méchants…

Mais je les dorlote autant que je peux, jamais n’est posé trop loin mon dictionnaire où ils vont s’endormir apaisés quand j’en ai bien usé, je leur donne tout l’espace dont ils ont besoin pour s’épanouir, je leur propose points et virgules pour qu’ à force de courir sur le papier ils ne finissent pas tout essoufflés, je les maquille un peu quand ils ont besoin de s’imposer, et parce que je les aime et que j’ai besoin d’eux j’essaye de ne pas les blesser, ni de les estropier ou de les défigurer, l’orthographe est leur médecine préventive à eux, il faudrait ne jamais l’oublier…

Et si par quelque doux miracle vous tombiez, par hasard, sur quelques uns d’entre eux, et que, plus étonnamment encore, vous leur consacriez quelques instants, eux comme moi en serions, à tout le moins, fort intimidés… Le rose nous monterait, aux joues pour ce qui me concerne, aux pleins et déliés pour eux, et vous nous en verriez très honorés…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *