Tse tse tse…

Valérie, vous  qui sembliez tant souffrir de l’image qu’unanimement, ou presque, la presse vous prêtait, et qui réclamiez haut et fort le droit à « une vie privée » (ce qui, dans ce qui a failli être votre fonction, n’est guère envisageable, ou si peu…) dans quelle galère cette fois-ci encore vous[…]

Lire la suite →