Migration…

La nuit n’a pas encore renoncé à son règne éphémère quand une mélopée lancinante s’élève des rives de l’île du Der-Chantecoq. Les demoiselles graciles s’éveillent à la lumière à peine affleurant l’eau dormante… Bientôt d’une timide rougeur, le ciel s’enflammant fait reculer l’obscurité, plus rien ne se devine et tout est visible… Les oiselles[…]

Lire la suite →