Âge, rides et sillons…

Les années passant inexorablement, on ne peut que constater qu’elles sont sans pitié et n’épargnent personne…

On ne se sent pourtant jamais assez « vieille » pour voir son corps ainsi se faner ! C’est un peu comme s’il avait renoncé à renouveler son apparence fatiguée. Des rides se sont installées, accepter sans broncher celles du sourire passe encore, mais bientôt encouragées, d’autres s’imposent et froissent nos traits sans indulgence. La peau se fripe, que ne sont aussi efficaces qu’elles le prétendent ces crèmes miraculeuses qui, à force de persévérance, réussiraient à ralentir cette course effrénée ?… S’il n’était qu’elles pour nous rappeler ce compte à rebours imposé ?… Qui pourrait, sans mentir, se réjouir de vieillir en sentant l’arthrose freiner ses élans et limiter ses mouvements ?…

Si l’âge pèse de plus en plus lourdement sur nos paupières et plisse nos lèvres avec autant d’application, il arrive aussi qu’il dessine nos traits semblables à la vie que nous aurons mené. Je veux dire par là qu’on pourrait parfois soupçonner certaines qualités ou certains travers d’une personnalité selon la place que s’attribueront les sillons creusés au fil des attitudes qu’elle aura le plus souvent adoptées… Tel éternel insatisfait laissera tomber sa bouche en une frustration constante… Tel autre curieux plissera ses yeux jusqu’à ce qu’ils ne se résument plus qu’à une fronce inquisitrice, de fines pattes d’oie seront des rayons lumineux au coin d’un regard bienveillant, tandis qu’une zébrure fourbe posée à la commissure des lèvres trahira le menteur ou le médisant. Cependant, ce constat souffre évidemment d’exceptions, tout un chacun ne vieillit pas équitablement, il convient donc de ne pas prendre pour argent comptant toutes les rides d’expressions…

Le corps vieillissant ne se sent plus l’obligation de paraitre à son avantage, à moins que soins, persévérance et coquetterie obligent, ou qu’on l’y contraigne à coups de bistouris tyranniques… Mais viendra inéluctablement le jour où plus rien n’aura le pouvoir de le travestir, la jeunesse n’a qu’un temps, après quoi il faudra bon gré mal gré accepter les ravages que font les années en se bousculant au portillon… Je ne suis pas certaine de tant regretter ce que furent mes vingt ans, la fraicheur d’un visage ne compense pas l’inexpérience. L’intransigeance qu’engendrent la fougue et la certitude d’avoir raison sur le passé, se confrontant aux réalités de la pratique, font s’adoucir les traits les plus orgueilleux, qui ne s’y résoudrait pas n’y gagnerait que pires flétrissures, batailler vainement contre ce que nous ne maitrisons pas rend l’esprit amer et la chair plus cabossée. C’est au prix d’un sourire devant l’inexorable qu’on peut espérer le mieux s’en sortir, accepter de vieillir n’est pas une simple option, c’est une condamnation sans appel, aucun tribunal ne nous en exemptera…

Author: Mo

1 thought on “Âge, rides et sillons…

  1. Très vrai et sensible, ce constat.
    Un sourire en conclusion pour gommer fugitivement les effets du temps est une magnifique solution efficace.
    Si la vieillesse est un naufrage….l’orchestre peut continuer à jouer !
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.