Y’a des matins…

Y’a des matins frileux, qui s’extirpent douloureusement des premières brumes automnales, qui hésitent entre s’étirer dans la douceur de rayons tamisés, ou de se recroqueviller pour s’abriter de l’humidité. Y’a des matins grisouilles qui n’ont pas d’entrain et laissent le pauvre péquin décider tout seul de la meilleur façon de l’appréhender.

Y’a ceux qui se lèvent du mauvais pied et boiteront toute la journée, et ceux qui, dès potron minet affirmeront sans se démonter qu’ils n’y a pas de plus belle matinée ! Y’a des matins ramollos qui tentent de nous persuader que nous ferions mieux d’aller nous recoucher, histoire de n’avoir pas à assurer le reste de la journée… Ce sont des matins paresseux qui nous laissent aussi fainéants qu’eux.

Y’a des matins sans lumière qui ont des allures de fin d’après-midi, ceux là nous inclinent à ne rien en faire… Et ceux à peine envisagés, qui sombrent dans la neurasthénie. Pour ceux là le coup de pied aux fesses est indispensable à moins que vous ne soyez fermement opposés à toute forme de violence, d’aucun vous diront que ces matins là ne comprennent que ça…

Y’a des matins timides qu’une jolie musique met très vite à l’aise, ils se mettent à danser en marquant si bien la cadence qu’on ne les verra pas passer ! Et ceux tout excités qui nous laissent incapables de ne faire qu’une chose à la fois. Pour les calmer il faut avoir sous la main un matin calme, qui habille les heures d’une berceuse… Mais ces matins là se font rares quand une journée s’annonce chargée.

Il arrive parfois qu’un matin soit chagrin… Et ceux là sont bien difficiles à consoler, il vaut mieux les laisser digérer ce qui les aura contrarié, et attendre qu’ils se lèvent rassérénés. Les matins douloureux, courbatus par une veille tardive, ou quelque excès où la raison n’a pu trouver sa place, nous laissent nous débrouiller pour leur donner une allure civilisée…

Mon matin d’aujourd’hui est de ceux qui rétrécissent à force de rester scotchée à mon clavier pour vous raconter des histoire de matins à dormir debout, ce qui serait une drôle de façon de commencer le votre ! Là, je vais devoir vous laisser vous en tirer seuls, car j’ai un agenda chargé et d’autres chats à fouetter ! Mais du coup, pour moi, ce matin n’aura peut-être pas été vain…

Author: Mo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.