Une chape de plomb…

Chaque matin la lumière peine à se dégager de l’épaisseur des nuages. Et quand quelques uns s’évaporent enfin, timide, elle ose à peine en profiter, elle se dissipe jusqu’à ne laisser poindre qu’un halo de « petit jour ». A quoi bon tenter d’éclairer une si profonde obscurité ? Les saisons même ont renoncé à s’affirmer, l’heure « trompe-nigaud » s’est vue contrainte d’avancer, la nuit, qui n’a cure de nos horloges ne s’y trompe pas, qui, pourtant nous semble tomber plus tôt…

Il faut désormais rester chez soi et ne plus deviser, justifier d’où on va et toutes les raisons de pointer le bout de son nez en dehors de son terrier ne sont plus acceptables… De plus malins vont inventer de quoi déambuler sans raison valable donner, d’autres plus timorés, vont s’incliner et se terrer… Presque tous les magasins sont fermés, sauf évidemment ceux qui ont été rebaptisés « essentiels »… Alors expliquez moi pourquoi les librairies sont fermées ?…

Il parait que les hôpitaux sont à nouveau submergés… Que n’a t’on, aux jours d’été, fait autre chose que danser et s’embrasser ? Si décider en ces temps compliqués n’est certainement pas chose aisée, ceux qui maintenant devraient trancher sont bien là où ils voulaient absolument être installés ?!!! Quelle horrible méprise nous avons commis là que d’asseoir ici des gens qui semblent dépassés ! Je ne veux pour autant pas les accabler davantage, que sont-ils le soir devant leur miroir ?… Peut-être ne font-ils pas pire que ceux qui font la queue au fond des isoloirs… Ça ne s’improvise pas d’être Président, je n’aimerais pas me tenir à sa place, c’est bien pour ça que je ne me propose ni de le conseiller, ni de le remplacer… Il devrait y avoir autour de lui tout ce qui compte « d’avertis qui en valent deux » ! Mais ces avertis là semblent plutôt la moitié d’un, et le plus inquiétant c’est qu’ils partagent tous le même abreuvoir…

Je suis effrayée au moment d’évoquer toutes les horreurs abominables que subissent des gens comme vous et moi qui n’ont rien dessiné, peut-être même jamais envisagé d’en juger… Ils sont assassinés parce qu’ils sont français, et que leur Pays a choisi LA LIBERTÉ ! LA LIBERTÉ DE DIRE, D’ÉCRIRE, DE DESSINER, DE CARICATURER, DE CHOISIR !!!

Sidérés, nous assistons impuissants à ces atrocités qui demain pourraient nous toucher, nous. Il y a bien un moment où quelque chose a été loupé, ou bâclé ?… Nous sommes tous responsables de lâches omissions, de paresses, d’indécisions, de soumissions, de lauriers trop vite coiffés, de gardes baissées…

Quand on évoque toutes ces victimes, tous ces « sacrifiés » de l’Histoire, il est à craindre que l’oubli en efface les noms comme ce fut déjà le cas bien des fois auparavant, car hélas, l’effroi cède trop rapidement la place à « l’accoutumance »… C’est une forme de déni de la réalité, un besoin irrépressible de retrouver une sorte d’apaisement, de réassurance, fussent-ils illusoires… A chacun d’entre nous de trouver comment dénicher, dans son quotidien, la meilleure façon d’honorer la mémoire des ces « immolés ». De tout petits choix peuvent soutenir, restaurer, préserver cette LIBERTÉ pour laquelle d’autres avant nous ont si vaillamment œuvré.

Je suis révulsée à l’idée qu’une majorité d’entre nous puisse se prononcer pour des solutions extrêmes forcément inadaptées, au point de nous entrainer là où justement nos ennemis veulent nous attirer ! Je suis terrifiée en imaginant dans quel monde nos enfants devraient évoluer et où nous verrions grandir nos petits-enfants… Je suis affreusement au regret de ne pas faire partie de tous ces gens « qui savent » ce qu’il faudrait faire pour nous sortir de ce saumâtre marécage… Je l’avoue humblement, je ne le sais pas…

Mais je sais qu’aucun homme ne sera providentiel, seules la finesse d’analyse en concertation, la réactivité intelligente, la solidarité, seraient, possiblement efficaces, à condition que ceux qui sont susceptibles d’en user, laissent de côté LEURS AMBITIONS, LE POUVOIR ET L’ARGENT…

PS : La torture de « la chape de plomb » était un manteau de plomb qu’on faisait porter aux prisonniers pour les faire souffrir…La chape d’aujourd’hui pèse sur notre attachement à la Laïcité et à la Liberté. Nous payons cher de les avoir cru acquises…

Author: Mo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *