Température : 49,3… J’ai peur…

Du Coronàcon !…

Des files indiennes dans les pharmacies à la recherche du masque perdu, des acheteurs névrosés qui dévalisent les supermarchés en quête de tout ce qui pourrait leur permettre de survivre à « l’épidémie », sauf que ça fait des lustres qu’on sait bien que la connerie ne tue plus…

J’ai peur… Et je regrette presque les échanges météorologiques jadis au coin de la rue maintenant que toute récente destination transalpine est une condamnation sans appel… J’ai peur de ces regards suspicieux au moindre éternuement, de ces « burkas » de papier mâché et du recul outragé de qui vous voulez embrasser ! Des hypocondriaques qui encombrent les salles d’attente, des imbéciles qui interdisent les marchés en plein air… Tandis que les agences de voyages sont prises d’assaut puisque les séjours en « Absurdie » sont aujourd’hui bradées !

La courbe de température ne cesse d’augmenter, 49.3 depuis deux jours, tous aux abris, quarantaine oblige ! Utiliser la peur pour détourner l’attention, c’est vieux comme le monde, et si toutefois Coronàcon tombe au bon moment, la trouille déroule ses rails aux malveillants… La peur est mauvaise conseillère, pour limiter les possibles dégâts il faudrait d’abord raison garder…

Et le pire reste à notre portée, puisque la bêtise se propage bien plus vite que n’importe quel virus… Allez, encore un petit effort !

2 commentaires sur “Température : 49,3… J’ai peur…

  1. Excellent !
    J’adore le nom que vous avez donné à ce virus : « Coronàcon ».
    Pas près de trouver un vaccin. D’ailleurs, je ne suis pas sûr qu’on en recherche un !
    Et puis d’abord, je ne vous serre pas la main, je vous embrasse.
    Bises

    1. Merci Alain de vos commentaires élogieux et sympathiques. Je suis ravie d’échanger quand c’est possible, de ne pas écrire dans le « vide »… Merci de votre attention et de vos précieuses attentions. Je prends soin de moi, de tous ces jours qu’il me faut apprendre à vivre sans lui. Il m’aide sans doute, pour que je porte aussi « bien »… A bientôt, je vous embrasse, j’espère que je ne suis contagieuse que pour l’énergie et le verre à moitié plein…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *