Amazonie…

Si j’avoue que d’autres contrées auraient eu ma préférence, Amazonie me voici bientôt revenir, si lointaine et pourtant si familière, d’autres que moi n’ont eu de meilleur choix que de s’y installer et de s’y plaire, c’est un voyage qui m’emmène au plus près de ce que je suis, un périple initiatique, où le prévisible devra s’effacer devant l’improbable. C’est un autre continent que celui où je me suis aventurée, comme moi plein de contradictions, foisonnant de projets autant qu’accablé par leurs anéantissements, fussent ils provisoires. Un pays surprenant qui me proposera d’autres coutumes que je ferai miennes, c’est la moindre des politesses..

La découverte de ce que je n’avais pas envisagé va exiger une indulgence que je n’ai que rarement pour moi. L’occasion de retrouver au sein d’une « confiscation » de quoi mieux discerner mon Essentiel. Accepter de me découvrir différente et cependant harmonieuse autrement, plus que jamais entière, peut-être plus aérienne, débarrassée de cette intransigeance que tout un chacun s’impose pour être à la hauteur de ce qu’un Destin offre ou inflige, mieux comprendre mes « pourquoi », en accueillir les réponses aussi bien que les silences… Réaliser enfin que ce qu’on nomme « karma » n’est jamais qu’un chemin où de secrètes opportunités ont été semées, et que pour rien au monde il ne faut les négliger…

Amazonie, offre moi d’autres possibles, laisse ma curiosité s’épanouir dans les méandres du Fleuve qui m’emporte, je veux dériver jusqu’à retrouver des eaux moins profondes, reprendre pieds et étoffer mon odyssée…

Emporter avec soi un nouveau regard sur la Beauté du Monde, mesurer l’extraordinaire chance que nous avons d’en faire partie en se satisfaisant de ce qu’on a ou pas… Qu’en me prenant dans ses bras, mon Avenir n’oublie pas qu’il sera au plus près de mon cœur…

Amazonie, je suis là…

A toutes celles qui, nécessairement mutilées, oseront se trouver « belles » dans l’image que leur renverront leur miroir, l’image ne mérite guère qu’on s’y attarde, à moins d’y déceler derrière la forme, une « substantifique moelle » qui seule peut les définir véritablement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *