Stagiaires « à gogo »…

Pauvres stagiaires trop contents d’avoir enfin décroché, pensent ils, un stage à la hauteur de leurs ambitions, qui arrivent en s’imaginant apprendre de quoi se faire une meilleure idée de leur avenir professionnel, qui sait, peut-être du même coup d’agrémenter leur curriculum vitae de compétences supplémentaires…

Pauvres gamines qui nous arrivent motivées et nous quittent désabusées, tant elles n’auront eu d’occupations que celles dont d’autres auront voulu se débarrasser… Elles connaitront sur le bout des doigts le fonctionnement de la photocopieuse et de la machine à café, réciteront l’alphabet (péniblement parfois…) en classant les dossiers qui depuis des mois trainent ça et là, et seront à l’occasion coursières pour les fainéants qui renâclent à traverser la cour sous la pluie, oubliant sur le champ l’élémentaire règle de la galanterie… Elles constateront en passant combien peu de gens ont à cœur de résoudre des problématiques, et se sentent peu concernés par des réponses pourtant toutes simples à trouver et à donner…

Transparentes, insignifiantes pour leurs maitres de stage qui peineront à retenir leur prénom, corvéables à merci, elles traversent les bureaux telles des ombres à l’image de leur salaire de misère, ou restent assises des heures à ne rien faire tant ceux qui sont censés les occuper ont eux même bien du mal à faire semblant de travailler…

Chaque fois je me désole de constater combien certaines entreprises s’engagent ainsi à former de jeunes étudiants sous prétexte de renvoyer l’ascenseur à tel ou tel acteur de la vie économique ou politique, confrère, relation professionnelle ou autre réseau à garder bien au chaud, et ne réussissent en fait qu’à transformer leurs ambitions en un tapis de déceptions en tous genres ! En ne prenant pas au sérieux leurs attentes, elles fabriquent de futurs salariés sans illusions, des gens peu concernés par les objectifs qu’on tentera de leur proposer, des paresseux en puissance…

On m’objecte qu’ils sont aussi là pour se rendre compte que tout métier exige d’assumer des tâches répétitives ou inintéressantes… Certes, mais n’en auront-ils pas largement le temps plus tard, quand auparavant ils auront découvert à quel point leur choix leur apporte aussi de satisfactions et d’enrichissement personnel ou professionnel ?…

Non, ceux qui accueillent ces stagiaires, ayant eux-mêmes peut-être fait les frais de séjours de formation sans intérêt, les perpétuent, faisant ainsi preuve d’une mémoire « aux abonnés absents », sans souvenir de l’ennui dans lequel on les aura entretenu quelques années auparavant…

Et c’est, la plupart du temps, une vaste entreprise de  » je-m’en-foutisme », à tous niveaux, qui telle une farandole entraine dans son interminable et triste danse, une génération après l’autre, qu’on rend à ses études sans vocation ni engagement mais nantie, au pire d’un rapport de stage, au mieux d’un  « mémoire » forcément bien noté sans que personne ne l’ai jamais lu…

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *