Araignée du matin, chagrin… Araignée du soir, espoir…

Y’a un gros criquet prêt à bondir, là, sur le carrelage de l’entrée… Si je bouge un cil, il est sur moi et n’en doutez pas, je deviens hystérique sur le champ !

Moi, c’est comme ça, tous les « trucs » à pattes qui sautent ou qui trottinent à pattes velues (ou pas) sur le sol ou les murs de chez moi me font dresser les poils sur les bras et virer barjot illico !

Si l’’insecte me terrifie, l’araignée est le pire de mes cauchemars ! J’entends bien qu’elle est l’anti moustique préféré des « verts » , mais quand y’en a une qui se pointe au mauvais moment et au mauvais endroit, j’en oublie mes velléités d’écolo ! Pour autant je ne peux d’un revers de savate régler son compte à la bestiole, tant le craquement de la « bête » sous mon peton me file la gerbe et me rend marteau !

Alors vous n’imaginez pas de quel trésors d’inventions je suis capable pour me débarrasser des intrus sans y toucher… Je manie le balai comme personne n’y penserai pour parvenir à coincer l’objet de ma terreur jusqu’à le conduire hors de ma vue et de chez moi ! J’ai, il y a peu, paralysé une guêpe avec ma bombe de laque (à cheveux), réduisant ainsi à néant son piquant projet ! Je sais, c’est cruel, mais il y allait de ma vie (ou quasi…) et j’ai dû agir « dard dard » (oui, j’ai pas pu résister, c’était trop tentant…)

Je n’aime non plus les machins qui rampent avec ou sans pattes, reconnaissez que les iules sont d’une laideur digne d’un film d’horreur, rien que leur reptation (si si, c’est le nom savant pour décrire l’ horrible progression que leurs minuscules patounes toutes fines qui s’agitent comme des balayettes) qui leur permet d’aller se faufiler justement là où vous ne pourrez pas les rattraper… Expliquez moi comment continuer à vivre une vie normale avec ce genre de monstre planqué sous votre frigidaire ou votre armoire lorraine ?… Moi je ne retrouve ma sérénité que lorsque je le sais ailleurs et le plus loin possible !!! L’aspirateur est mon meilleur ami, mais n’en doutez pas, le vendeur de sac aussi, j’en fais une consommation déraisonnable, car imaginer grouiller là-dedans  tous ces sarcoptes hideux prêts à remonter patiemment le tube pour en ressortir ni vu ni connu… C’est la petite bêbête qui monte qui monte… Rien que de vous en parler, je crispe…

J’évite d’exterminer, (n’y voyez ni bon sens commun, ni clémence aucune, juste une éducation judéo-chrétienne mal digérée), mais quand j’y suis réduite, moi à la larme facile, je suis juste RASSURÉE et TRANQUILLISÉE…Oui, je sais, je suis une barbare…

 

Author: Mo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.