Alice…

Et bien nous y voilà !… Elle est arrivée, elle est là… Toute petite, fine et fragile, avec son petit nez retroussé et sa petite frimousse sous son mignon bonnet, deux kilos et quelques poussières de bonheur au bord du coeur, des yeux déjà grands ouverts sur cette vie que tu viens de lui donner, retrouvant dans vos yeux étonnés, dans la douceur de votre amour et de votre tendresse la chaleur dont ton ventre l’entourait…

Et toi ma fille à moi, qui n’en revient pas de la voir enfin, qui n’en finit pas de compter les heures qui lentement lui façonnent un anniversaire, et qui t’éloignent du temps où elle n’était qu’à toi…

Après l’intense émotion de la sentir respirer au sortir de toi, après la naissante, l’inquiétude qui aussitôt s’empare à jamais de vous puisque pour elle vous souhaiterez le meilleur et voudrez lui évitez le pire, après le bruissement de quelques visites familiales enchantées, vient enfin le temps de souffler, de remplir ces jours à l’abri du reste du monde d’une solitude paisible et organisée, vient le temps de faire connaissance et de s’apprivoiser, le temps de nouer ce lien que l’on dit d’instinct…

Comme je la comprends et comme je vous la souhaite cette parenthèse rien qu’à vous, où chacun ensemble et à votre façon, vous tisserez ce nouveau cocon d’amour. Il vous protégera de tout ce qui n’est pas vous, il vous permettra de réaliser ce qui vous arrive, à vous deux, jeunes amoureux plein d’avenir, mais aussi à elle, petit bout de vous plein de promesses… Car si la vie d’Alice a commencé mardi, la vôtre, jeunes parents, va radicalement changer. C’est une Maman doublée maintenant d’une Grand-Maman confirmée qui vous le dit…

Je sais bien que tout cela vous le soupçonnez si vous ne le savez encore… Et que de  toute ma science, vous n’avez que faire… Et comme vous avez raison !!! Je me souviens d’avoir presque épidermiquement refusé, repoussé, ignoré la plus grande partie de tous ces conseils que parents, amis ou connaissances, par expérience, se croient autorisés à vous donner…

Rien ne vaut cette intime approche, ce bon sens qui guidera votre apprentissage… Et quel profond bonheur que de le découvrir peu à peu, à votre cadence, quelle sereine satisfaction de trouver des solutions, les vraies, les vôtres, celles qui vous conviennent à vous et peut-être pas à tous ces autres donneurs de leçons…

De tout près mais avec une certaine distance, je ne pourrai m’empêcher de veiller sur vous, sur Elle, car, que voulez-vous, je reste une Maman, même si aujourd’hui mes petits ont grandit…

Parce que je me souviens, parce que je vous aime, parce qu’être parent c’est aussi progressivement laisser son enfant se construire et devenir un être à part entière, indépendant et responsable, je suis sereine et comblée, sans l’ombre d’un doute certaine qu’à votre tour vous serez le Papa et la Maman dont Alice rêvait…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *