Vous êtes marrants…

Vous êtes marrants, vous…

Vous croyez que ça m’amuse de vous écouter ronchonner toute la journée ?!

Quand je pense à tout ce que j’ai à faire à la maison et à tout l’ennui que vous trimballez, vous ne croyez pas que ça m’irait mieux de rentrer chez moi ?!!!

Mais comme je suis payé pour ça, alors on ne peut pas parler d’un véritable choix…

Parfois c’est moi qui serais prêt à aligner des billets pour que vous vous taisiez, pour entendre autre chose que vos mécontentements, un vrai mur des lamentations ! Pis moi je ne suis pas technicien, je ne peux pas tout savoir, vous pourriez déjà vous réjouir de me trouver là, derrière ce guichet vitré, enfermé comme dans un aquarium, à vous écouter vous plaindre de tas de choses dont je suis pas responsable !

Etre plus aimable ? Pis quoi encore ? Peut-être vous dire merci aussi ? Baissez d’un ton, sinon ça va m’énerver de vous entendre vociférer…

Je n’y peux rien, moi, si les gens que vous me demandez de vous passer refusent de vous parler ! J’essaye bien de les convaincre de résoudre votre problème, mais vous savez, ici, tout le monde s’en fout et  je ne peux pas non plus prendre le risque de les contrarier sans arrêt…  

Monsieur Machin ? Désolé, il n’est pas là. En formation… Oui, je sais, l’autre jour il était en réunion… C’est comme partout, les gens se forment souvent, comme ça ils participent beaucoup mieux aux réunions…

Monsieur Untel, ah ben lui, il est déjà en ligne… Faudrait que vous le rappeliez un peu plus tard… Ah, vous avez déjà rappelé quatre fois ? Et on vous a fait attendre très longtemps ? Pour vous dire que finalement il n’était pas là ? Désolé, pour votre forfait, je sais…

Je veux bien prendre votre numéro, et ça, je ne devrais pas vous le dire, mais vraisemblablement, il ne vous rappelera pas… Pourquoi ? Ben figurez-vous que moi aussi j’aimerais bien le savoir ! Vous savez, ici, c’est ce que je vous disais,  tout le monde s’en fout !

Pis, si vous pouviez parler plus clairement, éventuellement avec des vrais mots, et aussi avec des vraies phrases parce que là,  je n’ai pas bien compris votre question, et du coup,  je ne vois pas du tout quelle réponse que je pourrais vous faire…

Que je prenne un message ? Bien entendu. Entre nous soit dit, j’espère qu’il aura la curiosité d’aller ouvrir son casier… Lui adresser un mail ? S’il n’a pas répondu au vôtre…

Que vous dire ? J’aimerais vous être agréable, mais il y a longtemps que je n’envisage plus d’avoir la moindre influence sur la motivation des salariés de cette entreprise… Moi, je ne suis que standartiste, si vous pensez vraiment que mon avis puisse les intéresser ?!…

Non, ici c’est un peu comme sur un court de tennis, tout le monde se renvoie la balle, sauf que  personne ne fait jamais aucun effort pour la rattraper…

Bon, je suis navré, mais il va falloir que nous nous quittions, que vous raccrochiez avant que je ne sois obligé de le faire, car mon téléphone va exploser ! Si vous saviez comme l’oreillette en est brulante ! Je fais chaque jour un métier qui altère ma santé… La surdité me guette tant vous me cassez les oreilles avec vos jérémiades et vos absurdités !

Oui, je sais, quelquefois mes nerfs lâchent et je ne vous répond plus assez gentiment… Pardonnez-moi, mais je crois que vous avez une légère avance sur moi…

Je serais d’avis qu’on en reste là… Très honnêtement, je suis fatigué de vous entendre bêler… Mon nom ?  Gaston, pour vous servir… J’entendrai parler de vous ? Oh non, par pitié, pour aujourd’hui, c’est assez ! Que je me taise ? Avec plaisir…

Author: Mo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.