L’humeur des choses…

Ma maison est de mauvaise humeur !

Ne riez pas ! Il faut me croire ! Les lieux, les objets, toutes les choses que l’on croit inertes ont des humeurs !

Je m’étais absentée quelques jours.

En la quittant je m’étais pourtant assurée que rien ne clochait.

J’avais fermé tous les robinets de gaz, d’eau et d’électricité, descendu les volets, j’avais tout rangé, chaque chose semblait à sa place, et vraiment, pianotant le code secret qui la protégerait, je m’étais éloignée sans l’ombre d’un regret, non sans avoir pris la peine de lui dire que bientôt je reviendrai…

Mes vacances s’étaient très bien passées.

Oh, simplement ce coup de téléphone un soir, m’avisant que ma maison s’alarmait, mais que rien n’urgeait, qu’il se pouvait qu’une araignée se soit glissée là où l’oeil de la caméra veillait…

Déjà, en tournant la clef dans la serrure, ça coinçait… Un peu d’huile et le tour serait joué, franchissant le seuil, je suis entrée…

Là, si tout semblait paisible, j’ai eu  pourtant l’impression que quelque chose la contrariait.

La maison sentait le renfermé. L’odeur avait tout imprégné. J’ai grand ouvert toutes les fenêtres, mais rien n’y faisait, on aurait dit qu’elle mettait beaucoup de mauvaise volonté à s’aérer !

L’ambiance n’y était pas, je m’agitais, parlant à haute voix pour lui signifier les intentions que j’avais. Mais elle me répondait par un drôle de silence, comme si elle boudait…

J’ai ouvert la boîte à lettres, j’étais ravie car on m’avait beaucoup écrit, mais le courrier avait pris la pluie… Curieusement seules les factures avaient échappées à l’humidité, cartes postales et lettres amicales s’étaient joyeusement rapprochées pour former un collage d’encres et de papiers…

Dans la cuisine, rien ne semblait avoir bougé, ah si, peut-être, la porte du frigidaire restée entrouverte… Bref, tout ce qui y était resté entreposé s’était coloré d’un joli moisi… L’éponge assoiffée et rabougrie n’a pas été facile à convaincre ! Si elle avait été sous l’évier, elle serait restée humide à souhait, car l’étagère avait retenu tout ce dont la conduite d’eau n’avait pas voulu…

Je ne me suis pas inquiétée, j’ai préféré aller déposer ma valise dans la pénombre de ma chambre. Quand j’ai tenté de lever mes volets, ils n’ont pas protesté, ils ont simplement préféré retomber et ne plus se relever ! La chaîne se bloquait, plus moyen de la faire bouger ! Même eux s’y mettaient !…

Alors j’ai déplié mes vêtements, posé dans la panière ce qui serait à repasser, et mis le reste dans la machine à laver. Tiens, le programme n’a pas démarré… C’était la prise de courant qui brutalement venait de déclarer forfait ! 

Tant pis, j’allais me préparer quelque chose à dîner…

Cette fois, c’est le sol carrelé qui traîtreusement m’a fait tombé ! Tandis que je me relevais, c’est le coin du placard qui m’a lâchement agressée !

En reculant, j’ai bousculé une chaise qui s’est vexée, un de ses barreaux s’est cassé… Fuyant cet endroit contrariant, je me suis imprudemment approchée du salon. Là, pourtant tout paraissait normal, jusqu’à ce que j’y pose un talon… L’ampoule du lampadaire a claqué à peine allumée, le plancher craquait dès que j’y posais le pied, j’ai préféré m’en aller…

Je suis sortie sur le perron, c’est alors qu’il y a eu un grand coup de vent, la fenêtre s’ouvrant davantage a renversé un vase, tandis que dans le corridor la porte d’entrée en a profité pour se refermer ! J’aurais voulu rentrer, mais la maison ne m’avait pas laissé ses clefs !

A qui ferez-vous croire que cette maison n’a pas d’humeur ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *