Endaïa…

Des années… Que la maison somnole sous l’Embata… Meublée sans élégance d’un mobilier disparate, volets baissés sur des fenêtres aux rideaux défraîchis. A peine un habitant provisoire tourne t’il la clef dans la serrure en refermant la porte derrière lui qu’aussitôt s’installe une fraîcheur humide qui lentement deviendra hivernale même sous la[…]