L’opportuniste…

Le nez en l’air à humer d’où vient le vent, à renifler quelque opportunité intéressante qu’il serait le plus rapide à saisir, ni vu ni connu, à la barbe de qui n’a pas comme but essentiel de marcher sur les pieds d’un concurrent ou de damer le pion à celui[…]

Les petits matins gris…

Un voile d’organdi recouvre le jardin et les collines alentours… C’est un petit matin gris… Le soleil fait la grasse matinée et tarde à réchauffer l’herbe toute mouillée de rosée. Pas le moindre gazouillis, pas un seul envol à tire d’ailes, rien qu’un silence cotonneux que nul ne songerait à[…]

Voyage, voyage…

Vous ai-je suffisamment dit que je vous aime ?… Ce soir je vous le dis encore, car je voudrais que ces mots d’amour résonnent en vous même si je n’étais plus… Je pars… Votre inquiétude me touche, mais je ne suis pas certaine qu’elle soit justifiée. Ou bien faudrait-il renoncer[…]

Pensionnaires de faïence…

J’ai surpris au fond d’une brocante poussiéreuse, deux fillettes de faïence dans une immobile espièglerie, posées sur une table en merisier, entre deux piles de lourds draps brodés… Leurs visages angéliques et leurs gestes figés dans une grâce enfantine m’ont séduite aussitôt, et je ne saurais dire qui de nous[…]

“Grosso modo… De quoi j’me mêle ?”…

  “Grosso modo qu’as-tu fait de ta vie ?” me demandait un jour quelqu’une qui n’en avait pas fait grand chose… Une vie “ça n’est rien” me disait ma grand-mère, alors, je n’avais pas vingt ans, et la certitude d’avoir l’éternité devant moi, comme si la jeunesse m’était un statut définitif et immuable !…[…]

Armand…

Un bout d’zan a décidé que l’heure était arrivée de pointer le bout de son nez, qu’importe la canicule, il était trop impatient de découvrir son petit monde et de faire enfin connaissance d’Oscar et de Capucine dont il sentait les petites menottes se poser sur le ventre de sa[…]