A en friser l’indécence…

Heureuse… À en friser l’indécence, heureuse, sans raison particulière et pour toutes celles du monde entier, parce qu’ici c’est encore la Paix, parce qu’ailleurs tant de malheurs… Simplement, sans ostentation, juste en respirant le bonheur qui me frôle à chaque instant, en saisissant tous ceux qui passent à ma portée[…]

Quand monte ma colère…

“La misère poursuit implacablement et minutieusement l’altruisme et les plus gentilles initiatives sont impitoyablement châtiées.” Voyage au bout de la nuit” de Louis Ferdinand Céline. —————————————————————————————————————————————————————————————————- Elle me submerge comme la déferlante dévore la plage quand la tempête gronde… Ma colère… Tout mon corps tremble d’une rage que je peine[…]

Murmures du Der…

Der… Là-bas… Où l’eau le dispute à la verdure, où, dans les champs ondulants sous la brise légère, il arrive qu’avec un peu de patience, on puisse voir picorer les grands oiseaux gris… Où le bruissement de la forêt toute proche inquiète autant qu’il apaise… Où quelque courant d’air emporte[…]

Pensionnaires de faïence…

J’ai surpris au fond d’une brocante poussiéreuse, deux fillettes de faïence dans une immobile espièglerie, posées sur une table en merisier, entre deux piles de lourds draps brodés… Leurs visages angéliques et leurs gestes figés dans une grâce enfantine m’ont séduite aussitôt, et je ne saurais dire qui de nous[…]

Une fringale…

J’ai faim ! Tout ce bonheur me met en appétit ! Je grignote plein d’idées entre deux projets, je dévore toutes les revues qui me content gains de place, espaces, volumes et peintures… Mes insomnies sont des bureaux d’études, j’y casse des cloisons, j’ouvre des fenêtres, je pose un escalier[…]