Par un petit matin clair…

Par un petit matin clair s’en sont allés promener de l’autre côté du pays un papa et une maman en quête de musique et de bonheur en amoureux. Une mamie, prête à tous “les sacrifices” était arrivée la veille tout courant pour serrer au plus près de son coeur Julia et ses huit mois tout en fossettes !

Par ce petit matin clair qui déjà tenait ses promesses de lumière et de douceur, la maison s’est éveillée aux gazouillis d’une princesse en grenouillère. La grand-mère avait presque oublié tout ce qui, il y a bien longtemps avait fait d’elle une maman, mais heureusement, ses enfants l’avaient mise au courant de comment faire avec ce petit bout tout potelé à coup de listes, de consignes et de conseils très avisés…

La mémé, bien embêtée d’avoir si peu de mémoire,  lut et relut tous ces papiers griffonnés de tout ce qu’il ne fallait surtout pas oublier, et attendit bien droite sur une chaise le réveil du bébé….

Quand résonna dans l’escalier quelques babillages humides et pleins de désespoir à l’idée qu’on ait pu l’oublier, grand-maman retrouva en un instant les gambettes de ses vingt ans ! Aussitôt dit aussitôt fait, à peine “puce minuscule” avait elle retrouvé un asile rassurant au creux des bras de sa mamie que celle-ci illico faisait bon usage de ses souvenirs et de ses instincts endormis…

Tout naturellement elle se sentit plus légère, l’inquiétude de ne pas être à la hauteur disparut pour faire plus de place au tout simple bonheur d’avoir sa petite-fille pour elle toute seule et bientôt,  ni biberons ni petits pots n’eurent plus aucun secret pour elle…

De gazouillis en sourires lumineux, de bécquées “marmosées” en guillis couronnés d’ éclats de rire, elles prirent en un clin d’oeil un train de sénateur et ne loupèrent pas une occasion de gros câlins ou de bisous dans le cou.

Les petits papiers griffonnés bien rangés sur un coin de la table de la salle à manger ne furent bientôt plus que de vieilles habitudes juste posées là pour rassurer, une mamie responsable se doit forcément d’arguer d’un “au cas où, on ne sait jamais” et jusqu’ici on ne peut relater aucun conflit de génération entre mini choutte et grand-maman susceptible de gâcher ces precieux partages et ces moments irremplaçables avec le petit bout de zan…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *