C’est une fille qui attend…

C’est une fille qui attend…

Vous ne vous en douteriez pas tant elle est occupée en tous temps. Mais en fait, elle attend en s’agitant.

Elle ne s’affaire que pour tuer ce foutu temps qui ne passe jamais assez vite quand on attend.

Elle attend tout et n’importe quoi, que l’hiver fasse place au printemps parce qu’elle en a assez d’avoir froid, que passent au plus vite les heures où elle est enfermée entre quatre murs,  elle attend qu’on la rappelle ou qu’on réponde à ses questions, que commence le film, ou que finisse de cuire ce qu’elle a mis sur le feu. Elle attend que ses invités arrivent, et bientôt qu’ils repartent quand elle en a soupé, le prochain épisode de sa série préférée, l’épilogue du livre qu’elle a commencé, le prince charmant (c’est peu dire son optimisme…) et tant d’autres choses encore dont la liste ici serait bien trop longue à reproduire !

Elle ne manifeste jamais aucune impatience tant elle a pris l’habitude de cette interminable attente pour tout et pour rien.

Elle se console en se persuadant que c’est lorsqu’on n’attend plus rien qu’on se meurt d’ennui, alors, si parfois il lui tarde d’enfin connaître la fin de l’histoire, elle n’a d’autre choix que de prendre son mal en patience…

Quand elle y pense, elle constate qu’elle a une patience à toute épreuve… Elle ne saurait dire si cette endurance relève davantage de la lâcheté, de la résignation, du courage ou de la tolérance… Non, et elle n’attend pour cette fois,  aucune réponse à cette question, sans doute par lassitude, elle attend déjà suffisamment comme ça pour beaucoup d’autres choses, pour ne pas perdre son temps à trouver des réponses qu’elle seule serait capable de fournir, et pour lesquelles elle n’a plus d’énergie à consacrer. Souvent cette patience sans faille engloutit ses contrariétés sans même qu’elle s’en aperçoive… Car “patience et longueur de temps font plus que force et que rage”… (Disait jean de La Fontaine)

Cependant croyez moi si vous voulez, rien n’est plus épuisant qu’attendre.

C’est être en permanence sur le “qui-vive”, dans la préoccupation, voire l’inquiétude… C’est osciller entre un optimisme débordant et le pessimisme le plus noir, c’est en tous cas l’incertitude assurée jusqu’à la confirmation de ce qu’on redoutait ou l’assurance de ce qu’on espérait…

Que voulez-vous que je vous dise ?… Elle est née pour attendre alors que d’autres font eux-mêmes les questions et les réponses, l’expectative est sa raison de vivre, elle n’engage jamais rien sans envisager qu’il puisse y avoir une autre façon de faire, tant et si bien qu’elle attend que les choses lui soient clarifiées pour prendre sa décision…

C’est une fille qui attend… D’aucun pourrait n’y voir qu’une sorte de paresse, une indécision pathologique, un défaut de caractère, d’autres pencheront pour une sagesse peu ordinaire…

Pour l’avoir côtoyée en écrivant ces lignes, je crains qu’il ne soit prématuré de juger trop hâtivement de cette complexion, il vaudrait sans doute mieux attendre encore un peu d’avoir tous les éléments afin de s’en faire une idée plus précise…

 

4 commentaires sur “C’est une fille qui attend…

    1. Merci à vous d’apprécier mes mots, je suis pour ma part toujours heureuse de ces partages, et j’espère que nous aurons l’occasion d’en avoir beaucoup d’autres, c’est un bonheur pour moi que d’écrire encore et encore… Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *